Après deux saisons plutôt très réussies, l’ambitieuse série TV allemande Dark arrive ce vendredi à sa conclusion – sur Netflix – avec un troisième « cycle » qui promet de répondre à toutes les (nombreuses) questions posées par les deux fournées d’épisodes précédents. Pourquoi en parle-t-on sur Score A/V ? Parce que c’est le petit génie Ben Frost qui s’est chargé de l’illustrer musicalement – à l’exception du générique, signé lui Apparat – à coups de nappes ambiantes noise/indus pas mal bruitistes, régulièrement inquiétantes voire oppressantes.

 

Le résultat, qui est certainement l’un des gros atouts de la série (qui du reste défonce les clichés habituelles de la fiction sérielle de nos voisins d’outre-Rhin, on doit bien le reconnaître) se découvre en intégralité ci-dessus et juste à la suite. Histoire de patienter avant le troisième volume.

 

 

A propos de l'auteur

Big boss/grand-mamamushi, God(e) ceinture et mite en pull-over. (je fais aussi le café et les photocopies)

Articles similaires