Label : Division Records

Style : Stoner/Punk/Rock

Intro coupée au cordeau, un « Waiting For » qui tranche au scalpel le vieux punk-rock de papa, de l’énergie, de la tension, de la furie et une dynamique rythmique déjà frénétique, le power-trio franco-suisse Papertank se lance à corps perdu sur son ‘Playground’ et après moins de deux titres complets, est déjà furieusement en place. Entre fougue punk, groove rock et effluves stoner qui transpirent le long des amplis, la dernière pépite ‘made’ in Division Records – aka le fournisseur officiel des grosses fessées musicales de votre serviteur depuis près de vingt ans avec au compteur des sorties signées ASIDEFROMADAY, Closet Disco Queen, Kehlvin et autres Knut, Rorcal ou Unfold… – assène ses uppercuts bien sonores avec une envie contaminatrice.

Direct mais efficace, simple mais impeccablement fuselé, le cocktail proposé par le groupe n’a pas pour vocation première de révolutionner le genre mais plutôt d’en proposer une lecture (« Little Gun », « Banshee ») qui rend grâce aux canons du genre tout en les assaisonnant à sa sauce. Plutôt relevée, salvatrice et savamment dosée, celle-ci ne manque pas d’infuser à merveille dans des lignes de basse sur-tendues dopées par le charisme vocal des gaziers. Car en plus, il y a aussi des mélodies taillées pour le live (« The Flower & the Earth », « God bless you, wicked »), parce que Papertank ne fait pas que foncer dans le tas, il sait aussi jouer le coup en finesse, ce même s’il est rarement aussi brûlant que lorsqu’il distribue les baffes à tout va (un « Cold War Circus » furibard).

Explosif à plus d’un titre, toujours plutôt dans une veine relativement minimaliste mais happé par un tempo plus que soutenu et une production crue qui lui sied plutôt très bien (« Run Away »), le groupe enchaîne sans jamais reprendre son souffle et expédie un single en frontal dans les enceintes avec l’efficace « Virus » et parachève le travail derrière sans perdre une once de ce qui fait sa verve stoner/punk rentre-dedans et vénéneuse. Tout en intégrité quasi DIY, une recette particulièrement maîtrisée et un dosage parfaitement équilibré, Papertank livre avec ce ‘Playground’ un disque cinglant et ravageur. Une plaque au feeling imparable et à l’incandescence rock qui fait très clairement du bien par où ça passe.

Site Officiel // Facebook // Bandcamp // Shop

A propos de l'auteur

Big boss/grand-mamamushi, God(e) ceinture et mite en pull-over. (je fais aussi le café et les photocopies)

Articles similaires